Cinéma - 2012


The Pigalle district conserves in the collective memory an image of underground venues together with perverted and dirty nights. Pornographic cinemas were part of this landscape together with prostitutes and pimps. Pigalle has changed : it is no longer the territory of sex but the territory of cool nightlife and music scene. Old porn cinemas shut down and were replaced. All but one : L’Atlas. Its teasing neon lights, its suggestive display make no doubt about its « specialized » programme, as it was once modestly called. It had several lives. I gave him one more. The street sign recalls a director of many erotic films and teen movies. His films mixing more or less smutty erotism and approximate «Vaudeville».


Pigalle conserve dans la mémoire collective une image liée aux établissements interlopes, aux nuits dépravées et salaces. Les cinémas pornographiques faisaient partie de ce paysage à l’instar des prostituées. Pigalle a changé : il n’est plus le territoire du sexe mais également celui des sorties parisiennes, bon-enfant et musicales. Les anciens cinémas porno se sont ainsi reconvertis ou ont fermés. Tous sauf un : l’Atlas. Ses néons aguicheurs, son affiche suggestive ne font aucun doute quant à la programmation «spécialisée» comme on l’a nommait pudiquement autrefois. Il a connu plusieurs vies. Je lui en ai donné une de plus. La plaque de rue rappelle un réalisateur de films érotiques et de comédie pour adolescents. Ces oeuvres, mêlant érotisme plus ou moins graveleux et «vaudeville» approximatif, sont souvent considérées comme des «nanars», bien que certains pensent plutôt que sont des «navets».

www.laurentchehere.com.html
Flying_Houses_-_Caravane.html
Flying_Houses_-_Le_Ballon_Rouge.html
FLYING_HOUSES.html